LES AVANT-PREMIERES

 

Peterloo de Mike Leigh : 1h30 Avec Rory Kinnear, Maxine Peake, Neil Bell…

Le tristement célèbre massacre de Peterloo eut lieu en 1819, lorsqu’un rassemblement pacifique en faveur de la démocratie à St. Peter’s Field à Manchester. Il reste l’un des épisodes les plus sanglants de l’histoire britannique. Ce jour-là, la police chargea une foule de plus de 60 000 personnes réunies pour exiger des réformes politiques et protester contre la montée de la pauvreté. De nombreux manifestants furent tués et des centaines d’autres blessés, provoquant des manifestations dans tout le pays, mais aussi de nouvelles répressions du gouvernement. Ce moment déterminant de l’histoire britannique mena à la création du journal The Guardian.

A Girl From Mogadishu de Mary McGuckian : 1h52 Avec Aja Naomi King, Barkhad Abdi, Martha Canga Antonio…

Victime depuis l’enfance de la violence des hommes et de mutilations infligées au nom de rites culturels ancestraux, Ifrah Ahmed parvient à quitter sa Somalie natale ravagée par la guerre. Au terme d’un éprouvant voyage, elle arrive, non pas dans le Minnesota comme elle l’avait imaginé, mais à Dublin, en Irlande.
Enfin en sécurité, Ifrah soigne peu à peu ses peurs et ses blessures. Canalisant sa honte et sa colère, elle apprend l’anglais à une vitesse incroyable et se découvre un talent insoupçonné pour l’exploitation des réseaux sociaux.
Ainsi commence sa nouvelle vie de militante internationale; une vie entièrement dévouée à la défense des droits des femmes et au combat contre les mutilations génitales féminines.

Brighton, de Stephen Cookson : 1h30 
Avec Marion Bailey, Phil Davis, Larry Lamb, Lesley Sharp…

Derek et Dinah, et Dave et Doreen quittent Londres pour passer une journée en bord de mer. Aujourd’hui retraités, ils retrouvent Brighton, une ville qui, tout comme la société, a bien changé en 40 ans. Ébranlés dans leurs certitudes et leurs vieilles habitudes, les quatre amis ont toutes les difficultés du monde à s’adapter à leur époque et à accepter l’émancipation de nombreuses minorités…

Carmilla, de Emily Harris : 1h36
Avec Hannah Rae, Devrim Lingnau, Jessica Raine, Tobias Menzies…

Lara a 15 ans. Elle vit coupée du monde avec son père et leur gouvernante austère, Miss Fontaine, et peine à trouver un exutoire à sa curiosité naturelle et sa sexualité naissante. Lorsqu’un accident de calèche se produit près de chez eux et que la famille recueille, Carmilla, une jeune fille blessée, Lara tombe sous le charme.

Denmark, de Adrian Shergold : 1h46
Avec Rafe Spall, Joel Fry, Steve Speirs, Simone Lykke, Benedikte Hansen…

La vie de Herb est au point mort. Ses droits au chômage ont expiré, il n’est pas fichu de garder un boulot, ne sait pas s’y prendre avec son fils et ne se nourrit que de bière bon marché et de purée de petits pois. Ce n’est pas une vie, et il en est bien conscient !
Quand il apprend au journal télé que, au Danemark, les détenus se la coulent douce, il fait ses valises et se rend clandestinement dans ce pays idyllique. Son paradis n’est plus qu’à un braquage de banque près…

Fisherman’s Friends, de Chris Foggin : 1h52
Avec Tuppence Middleton, James Purefoy, Daniel Mays…

Danny, un producteur de musique londonien branché et peu scrupuleux se rend en Cornouailles pour un enterrement de vie de garçon. Quand son patron et ami lui lance le défi de faire signer un contrat aux pêcheurs du coin pour un album de chants de marins, Danny tombe dans le panneau. Bien loin de ses repères citadins, il tente tant bien que mal de gagner la confiance de cet improbable boys band, qui accorde plus d’importance à l’amitié qu’à la fortune et la célébrité.

For Sama, de Waad Al-Kateab & Edward Watts : 1h35 – Documentaire 

Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Waad tombe amoureuse, se marie avec Hamza et donne naissance à sa fille, Sama. Elle filme au quotidien les pertes, les espoirs et la solidarité du peuple d’Alep. Son mari médecin sauve des centaines de vies dans un hôpital de fortune. Le couple est déchiré entre la protection de leur enfant et leur combat pour la liberté.

Happy New Year, Colin Burstead, de Ben Wheatley : 1h35 Avec Neil Maskell, Charles Dance, Hayley Squires, Joe Cole, Sam Riley, Alexandra Maria Lara, Sura Dohnke…

Colin Burstead loue un grand manoir pour fêter le Nouvel An avec toute sa famille, y compris sa famille éloignée. Malheureusement pour lui, sa position de force au sein de la famille est fortement ébranlée par l’arrivée de son frère David.

Hope Gap, de William Nicholson : 1h40
Avec Annette Benning, Bill Nighy, Josh O’Connor, Aiysha Hart...

Une réunion familiale tourne mal quand le père annonce à son fils qu’il va quitter sa mère.

In Fabric, de Peter Strickland : 1h58
Avec Marianne Jean-Baptiste, Gwendoline Christie, Hayley Squires, Sidse Babett Knudsen…

Bienvenue à la boutique de prêt-à-porter Dentley & Soper’s, avec son petit personnel versé dans les cérémonies occultes et ses commerciaux aux sourires carnassiers. La robe rouge, superbe, est aussi maudite qu’une maison bâtie sur un cimetière indien. De corps en corps, le morceau de tissu torture ses différent(e)s propriétaires avec un certain raffinement dans la cruauté.

Little Joe, de Jessica Hausner : 1h40 
Avec Emily Beecham, Kerry Fox, Ben Wishaw, Phénix Brossard, Kit Connor…

Alice est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante rend son propriétaire heureux…

Mr Jones, de Agnieszka Holland : 1h59
Avec Vanessa Kirby, James Norton, Peter Sarsgaard…

1933. Gareth Jones est un ambitieux jeune reporter. Célèbre pour avoir été le premier journaliste étranger à partager un vol en zeppelin avec Hitler, il est aujourd’hui conseiller auprès de Lloyd George. En quête d’un nouveau projet d’article, il s’intéresse de très – ou trop – près à la fulgurante modernisation de l’Union Soviétique. Comment Staline parvient-il donc à financer un tel essor ?

Postcards from the 48%, de David Wilkinson : 1h49 – Documentaire
Avec Joan Bakewell, Catherine Bearder, Vince Cable…

Fait par et avec les personnes qui ont voté en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne (les fameux 48%), le film montre aux « 27 » que le résultat du référendum est loin d’être la victoire écrasante prônée par les pro-Brexit, et que le combat pour rester dans l’Union est bien en marche.

Red Joan, de Sir Trevor Nunn : 1h41
Avec Judi Dench, Sophie Cookson, Stephen Campbell Moore, Tom Hughes…

À 80 ans, Joan Stanley mène une vie tranquille lorsqu’elle est brutalement arrêtée par la police à son domicile et accusée de trahison et espionnage. Forcée à révéler son passé, Joan se souvient de ses jeunes années pendant lesquelles elle étudie la physique à Cambridge. C’est là qu’elle tombe amoureuse de Leo, un jeune homme d’origine russe, étroitement lié au Parti Communiste.

Sorry We Missed You, de Ken Loach : 1h40
Avec Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone…

Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison.
C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

Wait and Sea, de Simon Coss et Antoine Tracou : 0h53 – Documentaire

Je m’appelle Simon. Je suis Anglais et je vis en Bretagne depuis 20 ans avec ma femme française et nos deux enfants. Le 24 juin 2016 avec le Brexit, je suis redevenu un étranger. En perdant la citoyenneté européenne, je perdrais aussi le droit automatique d’habiter ici. J’avais le sentiment que le Brexit essayait de me déchirer en deux. Antoine Tracou, un ami réalisateur, m’a poussé à faire de mes amertumes un film. Mais quel film ? Qu’est ce qui nous unit et qu’est ce qui nous sépare, entre Bretagne et Grande-Bretagne ? La mer, bien sûr. Alors nous sommes partis tous les deux du Guilvinec dans le Finistère sur un bateau de pêche breton pour aller de l’autre côté de la Manche à Newlyn en Cornouailles anglaises…